20 juin 2021
Le Joker en 10 planches

Prince du crime – Le Joker en 10 Planches

Quand le Joker est apparu pour la première fois dans les pages du comics Batman le 25 Avril 1940, les lecteurs ont immédiatement compris que ce clown serait plus qu’un classique vilain. Créé par Bill Finger, Bob Kane et Jerry Robinson, Il est aujourd’hui devenu une icône pour le fan de BD et le cinéphile. Reconnu dans le monde entier, étudié en psychologie, associé au diable, sa complexité n’a pas d’égal dans le monde des Super-Vilains. A travers le regard de différents scénaristes, le Joker, sa folie, et ses déformations du visage ont dépassé la condition humaine pour devenir cet élément toxique du statut quo de la société. Voici donc le clown prince du crime vu par plusieurs auteurs : Le Joker en 10 planches.

10. Batman #663 – The Clown at Midnight – Grant Morrison & John Van Fleet (2007)

Cette planche n’est pas un comic traditionnel mais plutôt un livre illustré. Morrison va développer (en prose !) la naissance d’une nouvelle identité du Joker : le Clown de Minuit. 22 pages décrivant le chaos de l’esprit criminel de Gotham. Toutes les conventions et les habitudes des lecteurs de Batman sont ici bousculées, ce qui ne fait pas de cet ouvrage le livre le plus populaire parmi les fans. Néanmoins Morisson nous attire avec sa prose dans une description chirurgicale. La plus sombre, sale et ténébreuse version de Batman.

Après s’être pris une balle dans le visage par un policier déguisé en Batman, le Joker revient avec force et virulence pour prouver au monde qu’il est bien plus qu’un humain. Pour se faire, il va montrer à Batman qu’il peut se passer d’Harley Quinn. De la malice, de la déformation (perdre sa peau pour se faire une peau neuve) et de la violence.

Pour trouver cette BD sur Amazon : Grant Morrison présente Batman

9. Batman #251 – Joker’s 5 way revenge – Denny O’Neil & Neal Adams (1973)

The Joker's Five Way - Joker de Neal Adams

Neal Adams a repris Batman au début des années 1970 pour en faire une icône pop. Et cette histoire ramène le Joker à ses origines, violentes et gratuites. Après avoir été intronisé comme tueur sans scrupule, le Joker s’était transformé en vulgaire comique agaçant durant les années 60. Adams l’a replacé dans cette dimension sanguinaire pour en faire le personnage que nous aimons tous, celui qui ne regrette rien. C’est aussi la période où les auteurs adoraient enfermer leur SuperVilains dans des asiles. O’Neil va donc donné au script un style rapide et efficace grâce au jeu du chat et de la souris entre Batman et le Joker.

Le Joker a réussi à sortir de l’hôpital psychiatrique où Batman l’avait placé. Et il sort pour se venger. Il sait qu’un membre de son ancien gang l’a vendu et il tuera chacun de ces soupçons. 5 envies = 5 morts…

Pour trouver cette BD sur Amazon : Joker Anthologie Tome 0

8. Batman : Going Sane – J.M DeMatteis & Joe Staton (1994)

Going Sane - Joker de DeMatteis

Dans ce volume, DeMatteis ne nous raconte pas la naissance du Joker mais plutôt sa transformation dans ce qui pourrait être la pire des histoires, la mort de Batman et donc la lutte du Joker pour redevenir « humain ». L’auteur oblige Joker à être ce qu’il ne peut en réalité devenir, c’est à dire un homme normal. La mort (ou plutôt le fait de croire que Batman est mort) ne donne plus de raison au Joker d’exister (une sorte de YingYang). En parallèle, Batman considère abandonner sa vie de SuperHéros. L’histoire s’articule autour du besoin qu’ont l’un pour l’autre d’exister. Cette ambivalence fera naitre une haine encore plus féroce entre les protagonistes.

Que ferait Joker si Batman n’était plus ? Se rangerait-il ou pire encore, comme le titre l’indique, deviendrait-il sain d’esprit ? Normal ? En devenant le citoyen « Joseph Kerr ». Mais Batman est toujours vivant et le naturel revient toujours au galop.

Pour trouver cette BD sur Amazon : Batman de DeMatteis

7. Death in the family – Jim Starlin & Jim Aparo (1988)

Death in the family - Joker de Jim Starlin

Ce numéro de Batman fut novateur dans le sens où il laissa aux lecteurs le droit de vie ou de mort d’un personnage (une première). Pendant 36 heures, DC Comics laissa deux lignes téléphoniques ouvertes afin de choisir si le Joker pouvait torturer et tuer Jason Todd plus connu sous le nom de Robin. L’issue en fut fatale. Au lieu de tuer des passants au hasard, le Joker tua un membre de la famille Batman. Cet événement influencera beaucoup la relation entre le SuperHéros et son SuperVilain dans la continuité de la saga. Joker réussit à faire douter Batman, et comprend qu’il faut s’attaquer à son entourage pour le toucher. Et quelle brutalité dans l’acte ! Une tragédie qui marquera Batman à jamais.

Jason Todd alias Robin a toujours été impulsif. Sans écouter son mentor, il décide de s’attaquer au Joker. Celui ci va se faire un plaisir de s’occuper du protégé de Batman.

Pour trouver cette BD sur Amazon : Batman de Starlin

6. Batman : End Game – Scott Snyder & Greg Capullo (2014)

End Game - Joker de Scott Snyder

Cet ouvrage célèbre les 75 ans des débuts de Batman et du Joker, et met en place une transition dans les relations entre ces deux protagonistes. Il était en outre supposé être la dernière histoire de Snyder et Capullo. Cette fois-ci, plus de blague, plus de jeu, l’artiste tueur est sur le point de finir son chef d’oeuvre. La destruction de Batman et de tout ce qui lui est cher. Il retournera la ligue de justice, il transformera la population de Gotham en psychopathe. Et ça, ça n’est que le début. Un Joker encore plus gore et violent comme les Vilains de Snyder savent le faire.

Le cauchemar de Batman revient pour une dernière nuit. Mais cette fois-ci, même le Joker ne rigole pas. Lors de leur dernière rencontre, Batman a déçu le Joker donc celui ci ne veut plus jouer.

Pour trouver cette BD sur Amazon : Batman Collectif

5. Joker : L’Homme qui rit – Ed Brubaker & Doug Mahnke (2005)

L'homme qui rit - Joker de Brubaker

Suite de Batman : Année Une, cet ouvrage relate la rencontre de Batman et du Joker, dans la continuité du Batman #1 de 1940. Le titre fait référence à un roman du même titre écrit par Victor Hugo et dont le personnage principal fut une des inspirations des créateurs du Joker. Au delà de l’intensité de Batman, cette BD capture la folie, la violence et la vengeance du Joker et essaie de répondre à de simples questions : quel est l’élément déclencheur du psychopathe ? et comment un héros peut réagir à cette violence sans devenir lui-même psychopathe ?

Tout commence avec une phrase de Gordon : Qu’est il arrivé à ma ville ? et la réponse s’écrit naturellement, Le Joker est arrivé… Les origines du Joker et sa marque de folie s’installe sur Gotham. Batman est encore un novice, sera t’il réagir ?

Pour trouver cette BD sur Amazon : Joker L’Homme qui rit – Tome 0

4. The Dark Knight Returns – Frank Miller (1986)

The Dark Knight Returns - Joker de Frank Miller

Une histoire alternative à la trame Batman que j’ai placé dans mon Top 10 BD de SuperHéros (voir le lien ici), Frank Miller nous expose l’histoire d’un Batman, qui, à 55 ans, sort de sa retraite pour combattre le crime. Ce comic voit aussi le retour du Joker. Dans un bain de sang, Batman et le Joker vont se livrer une bataille sans merci, où le dernier se verra refuser la mort. Une histoire sombre presque gothique qui donne au Joker toute liberté pour oeuvrer dans sa zone de confort : le crime et la violence. The Dark Knight Returns fut un berceau d’idées jusque-là inédites et bien des analystes ont souligné combien cette oeuvre bouleversa la bande dessinée américaine.

Bruce Wayne, 55 ans, sort de sa retraite pour venir combattre le crime à Gotham City, la police complice de Gotham et la complaisance du gouvernement américain. Double face, le Joker ainsi que Superman viendront se mesurer à Batman.

Pour trouver cette BD sur Amazon : The Dark Knight Returns de Miller

3. Joker – Brian Azzarello & Lee Bermejo (2008)

Joker - Brian Azzarello

Azzarello innove en racontant l’histoire du Joker à travers le récit d’un nouveau personnage, criminel de bas étage, Johnny Frost. Celui ci est envoyé à l’asile pour récupérer le Joker, tout surpris d’être relâché. Azzarello établit le personnage du Joker au delà du traditionnel Vilain psychopathe assoiffé d’anarchie. Bien sûr, le Joker est complètement psychotique et ce comic ne cache pas la violence du personnage mais cette violence est conceptualisée à travers le personnage de Frost. Voir le prince du crime au plus près de son quotidien se frottait aux rangs de la criminalité de Gotham donne à l’ouvrage cette sensation de story-telling. La fin de l’ouvrage justifie Joker comme l’antithèse de Batman, lutte démontrant le besoin l’un de l’autre.

Johnny Frost récupère le Joker à Arkham Asylum, puis va servir de chauffeur au Clown. Celui ci veut reprendre le contrôle de sa ville et va s’employer à éliminer la concurrence.

Pour trouver cette BD sur Amazon : Joker de Bermejo

2. Arkham Asylum – Grant Morrison & Dave McKean (1989)

Arkham Asylum - Joker de Grant Morrison

Intitulé Arkham Asylum – A Serious House on Serious Earth, ce comic est le premier essai de Grant Morrison sur Batman. Il deviendra évidemment un habitué de la série. Le Joker y est décrit comme étant « Super-sain » dans une maison peuplée de monstres très sains. L’asile est en fait le lieu de toutes les horreurs où Joker pourra, à sa guise, jouer tour à tour de ces qualités de blagueur et de boucher. L’interprétation de Heath Ledger dans le film Batman Begins (2005) fût beaucoup influencé par le Joker de Morrison, dans ce coté sombre et dénaturé de tout scrupule.

Le commissaire Gordon informe Batman que les patients d’Arkham ont pris le contrôle de l’asile. Ils ont pris en otage le personnel et ont menacé de les tuer si Batman ne vient pas les rencontrer. Parmi les patients, on retrouve Double Face, Killer Croc et surtout Le Joker…

Pour trouver cette BD sur Amazon : Arkham Asylum de Grant Morrison

1. The Killing Joke – Alan Moore & Brian Bolland (1988)

The Killing Joke - Joker de Allan Moore

Je sais que mettre Alan Moore à cette place va m’attirer les foudres de la communauté comics. En général, Alan Moore, on aime ou on déteste. Et moi j’adore, particulièrement cette ouvrage. Ici, Moore nous présente les origines du Joker à travers des flashbacks tout en essayant d’imposer sa folie à Gordon. Joker s’affirme au lecteur comme un citoyen moyen, chef de famille et comédien manqué pour qui « il suffira d’un mauvais jour » (Joker sera toujours l’image miroir de Batman). Afin de comprendre pourquoi le Joker reflète l’absurdité de la vie et le hasard de l’injustice, il vous faut absolument lire ce volume.

Je ne mettrai pas de synopsis sur cette BD mais plutôt une phrase non traduite du Joker en guise d’amuse bouche pour vous donner envie de lire (ou de relire) ce tome :

« Sometimes I remember it one way, sometimes another…If I’m going to have a past, I prefer it to be multiple choice! »

Joker – The Killing Joke

Pour trouver cette BD sur Amazon : The Killing Joke – Alan Moore

Un oubli ? Des désaccords ? Des conseils ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à vous abonner !

L’homme à la peau blanche, aux cheveux verts et au rire glacial a terrorisé Bruce Wayne depuis des décennies. Au travers des menaces, des farces ou de la manipulation mentale, ses méthodes ont autant varié que son physique depuis 1940. De nombreuses versions par de nombreux auteurs et illustrateurs ont parvenu à créer ce mythe qui est aujourd’hui reproduit (de plusieurs manières !) au cinéma. L’artiste assassin, l’agent du chaos, le clown prince du crime… tant d’opportunités données à Batman pour être à la hauteur du challenge que représente le Joker. Tant qu’il y aura un Batman défendant la justice à Gotham City, il y aura un Joker pour atteindre ses cauchemars.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :