Le futur dans le présent – Jean Claude Mézières en 10 Planches

Le futur dans le présent – Jean Claude Mézières en 10 Planches

Cette phrase à elle seule résume ma première introduction à la science fiction à travers les Valérian que je dévorais au rayon Livres de nos supermarchés pendant que mes parents faisaient leurs courses hebdomadaires dans les années 80 (C’était l’époque où ce rayon était la garderie officieuse pour gamins en age de lire des BDs… Quelqu’un s’en souvient ???). Mézières est sans nul doute l’un des plus grands dessinateurs de l’age d’or de la bd franco-belge et à l’avant garde du comics de SF européen. Les codes de la Science Fiction ont sans nul doute été écrits avec les Valérian. Tourner les pages de Mézières aujourd’hui nous fait prendre conscience à quel point cet artiste était un visionnaire, un humaniste et un féministe, en autre. Sa disparition fait, comme toujours, resurgir les hommages et la profondeur d’une oeuvre tellement contemporaine. Sans plus attendre, voici Jean Claude Mézières en 10 Planches.

10. L’inséparable duo : Pierre Christin et Jean Claude Mézières.

Depuis le début, Pierre Christin narre les histoires des deux agents spatio-temporels Valérian et Laureline. Une collaboration de longue date puisque ce duo se rencontre dans une cave sous les bombardements allemands pour se retrouver quelques années plus tard aux Etats Unis. La naissance de cette collaboration se fera à travers leur art respectif. Pierre Christin est un littéraire, ancien élève de sciences po enseignant la littérature aux Yankees et qui signera ces premiers scénarios sous le pseudonyme de Linus.

Mézières dira, dans un interview sur France Télévisions qu’ils sont comme deux maçons, l’un faisant le ciment, l’autre installant les briques. Il y avait Uderzo et Goscinny, Charlier et Giraud, et puis il y aura Christin et Mézières.

Christin a travaillé avec d’autres illustres dessinateurs comme Tardi et Bilal. Mais la reconnaissance de son talent s’accomplira avec Mézières. Surtout, son génie est d’avoir su être en avance sur son temps. Le racisme, l’écologie ou encore le féminisme sont développés très tôt dans ses récits, des thématiques peu populaires pour le milieu des années 60. Il laissera son imagination au service du dessin de Mézières et anticipera de nombreuses évolutions.

De préférence en Librairie ISBN #978-2205049046 ou sur Amazon :
Adieu, rêve américain – Les correspondances de Pierre Christin et Jean Claude Mézières

9. Le début – La revue Pilote.

Grace à une amitié avec un certain Jean Giraud aussi connu sous le nom de Moebius (voir mon article sur l’auteur) qui écrivait déjà dans la revue Pilote, Mézières obtient le droit de faire une histoire de 6 pages dans le journal hebdomadaire d’Asterix et d’Obelix. Ce n’était pas encore une histoire de Valérian mais plutôt une pige comique faite avec Christin à l’aspiration de l’humour MAD venant des Etats Unis.

La première histoire de Valérian viendra le 9 Novembre 1967 dans le numéro 420 de la revue Pilote. Elle s’appellera « les mauvais rêves ». Cet épisode, ne faisant que 30 pages, ne sera édité que plus tard. Il reste néanmoins le premier épisode de la série Valérian.

Très vite, les codes de la BD sont bousculés puisque c’est dans cette première histoire que l’on voit apparaitre une rareté pour l’époque, le premier personnage féminin de Pilote au doux nom de Laureline. « La cité des eaux mouvantes » sera la première histoire édité en cartonné en 1968.

De préférence en Librairie ISBN #978-2205076905 ou sur Amazon :
Pilote – Valérian – Tome 0

8. Les influences – Parce qu’il y en a toujours.

La génération de Mézières s’est évidemment inspirée des classiques Tintin et Asterix et Obelix. Néanmoins, et n’en déplaise aux puristes, Mézières ne s’est jamais caché de ses penchants américains, notamment pour la revue MAD créée par William Gaines et Harvey Kurtzman en 1952. La liberté de ton et l’autodérision étaient très novateurs pour l’époque, une superbe parodie de la culture Pop américaine où on pourra trouver des artistes comme Wally Wood ou Bill Elder.

Evidemment, il nous faut parler de Jijé, dessinateur belge. Initiateur du journal de Spirou et un des pères de la BD franco-belge. Jean Claude Mézières passera le voir très souvent pour avis et inspiration.

Un autre dessinateur de l’école de Marcinelle. Franquin aura une grande influence sur son travail. Rencontré à l’âge de 16 ans, Mézières avouera dans un entretien avec Didier Pasamonik avoir « repiqué tous ses trucs honteusement mais en essayant de les digérer très vite ».

Par ailleurs, je ferai un petit clin d’oeil à Barbarella de Jean Claude Forest, héroïne de science fiction créée en 1962 sur le modèle de Brigitte Bardot. Elle sera l’inspiration de Laureline.

De préférence en Librairie ISBN #978-2731673159 ou sur Amazon :
Barbarella l’Intégrale de Jean Claude Forest

7. La Science Fiction – Avec beaucoup de Fiction et un peu de Science svp…

Pionnier de la BD de Science Fiction, L’idée serait d’abord venue de Christin. Tandis que les autres genres étaient déjà pris (et notamment le western avec Blueberry), il fallut trouver un créneau non encore exploité par la BD franco-belge. Goscinny n’aimait pas trop la science-fiction. En outre l’idée d' »Un voyage dans l’espace » qui permet de changer d’époque au fil des épisodes lui plait. Evidemment, l’époque génère l’attirance des nouveaux espaces et de la technologie toujours plus présente (1969 : Voyage sur la lune).

L’univers graphique et les codes visuels utilisés par Mézières sont d’une richesse exceptionnelle : la faune, la flore, les extra terrestres, la mécanique des véhicules, les vaisseaux spatiaux… Tout y est. La construction de nombreux mondes et de nombreuses créatures avec leur histoire et leur culture ponctue l’aventure des agents spatio-temporels. L’incarnation immortelle d’un spatial qui va bien au-delà des frontières étriquées du système solaire sans pour autant oublier les questions essentielles de notre humanité. Une reflexion sur les dangers de la modernité terrestre.

De préférence en Librairie ISBN #978-2205078381 ou sur Amazon :
L’avenir est avancé Tome 1 – Pierre Christin & JC Mézières

6. L’histoire de la page 52.

L’Histoire de la page 52 retrace la création d’une page de bande dessinée par Mézières et Christin. Pendant 7 jours, une équipe de tournage filme le travail de la page 52 d’un album de Valérian. Un rare coup d’oeil dans l’atelier du créateur pour 45min de questions réponses, de page blanche et de remplissage. Un prisme qui nous est toujours difficile d’imaginer – 45min de voyeurisme accepté pour un documentaire qui nous plonge au coeur du processus créatif.

La page 52 du tome 22 de la série, Souvenirs de futurs, nait devant nous, avec les doutes, les craintes, l’imagination et le regard particulier de Mézières sur le monde. Un film documentaire de Avril Tembouret (2013) qui nous fait avancer, case après case vers la satisfaction de l’artisan.

Un autre documentaire suivra en 2016 intitulé « Les couleurs de la page 52 » retraçant l’intégralité de la mise en couleur de cette page par la coloriste Evelyne Tranlé, la soeur de Mézières.

Vous pouvez regarder la bande annonce du documentaire « L’histoire de la Page 52 » sur YouTube.

De préférence sur le site de KANARI Films :
L’histoire de la Page 52

5. Lady Polaris.

Un des tous premiers romans graphiques français. Une enquête journalistique… Un récit de voyage… Une ballade de port en port… Un polar… Choisissez ce qui vous convient mais cette oeuvre représente un peu de tout ça à la fois. Jean-Claude Mézières est aussi à l’aise avec les ponts de bateaux, les grues, les bassins grouillants et autres quais désaffectés qu’avec les voyages intersidéraux ou les vaisseaux intergalactiques.

Baptisé ainsi en souvenir d’une femme aussi troublante que mystérieuse, ce vieux cargo fait naufrage une nuit des années 80 dans les eaux glacées de la Baltique, dans des circonstances énigmatiques. La recherche des raisons de ce naufrage donne le ton à cette BD qui libère les auteurs Christin et Mézières du classique 48 pages cartonné des Valerian. Le scénariste peut se concentrer sur la description des personnages et des ambiances. Le dessinateur peut, quant à lui, nous donner une photo, un instantané sans contrainte de la case.

De préférence en Librairie ISBN #978-2862602035 ou sur Amazon :
Lady Polaris de Christin et Mézières

4. L’art de Jean Claude Mézières.

Ce livre est là pour nous rappeler que le travail de Mézières ne se limite pas à Valérian. Superbe ouvrage écrit avec Christophe Quillien. Les fans pourront apprécier le travail de l’auteur depuis ses esquisses à l’école des arts appliqués, en passant par des essais sur Tintin, sans oublier ses premières publications dans Fripounet et Marissette à l’âge de 15 ans.

Non seulement cet opus ouvrira les portes du travail du dessinateur avec le cinéma et la publicité mais aussi articulera ses envies d’animation un peu trop avant-gardiste.

J’ai travaillé selon mes envies et mes possibilités. Je ne suis pas un fou de dessin comme un Juillard qui aime vraiment dessiner. Le dessin c’est ma vie mais ma frustration c’est d’essayer de faire toujours mieux, que cela claque. Sans être parfois satisfait.Ma main peut ne pas partir de suite dans la bonne direction. J’aurai aimé faire de beaux portraits par contre. En thématique BD, non pas de regrets.

Interview par Jean Laurent TRUC sur le site www.ligneclaire.info

De préférence en Librairie ISBN #978-2205078008 ou sur Amazon :
L’art de Mézières

3. Le Cinquième Elément.

Tout a démarré autour de Noël 1991, Besson contacte Mézières, lui dit que le cinéma américain a pas mal pillé les univers de Valérian et que lui, lecteur de longue date, désire sa présence sur son prochain film.

Une équipe de 10 dessinateurs dont Mézières et Moebius se constitue. L’activité de Mézières pendant l’année 1992 sera donc presque exclusivement consacrée à l’élaboration d’une grande partie des décors et notamment de ce New York du futur, gigantesque croisement de canyons urbains, dont les bâtiments, prolongés vers le haut et vers le bas, gardent les traces de la ville actuelle.

C’est une émotion rare pour un dessinateur de voir son travail à la fois scrupuleusement respecté et magnifié par la magie toujours intacte du cinéma à grand spectacle. Ce dessin de Mézières est fantastique. Il est, en outre, basé sur le premier scénario du film (qui fut plusieurs fois modifié) mais la profondeur de ce New York là est fantastique.

De préférence en Librairie ISBN #978-2205047516 ou sur Amazon :
Les extras de Mézières : mon cinquième élément.

2. L’influenceur et la contreverse : Star Wars.

Valérian, Laureline, Luke et Leia se rencontrent dans le bar intergalactique La Cantina.

Toute ressemblance avec des oeuvres antérieures à la saga de George Lucas ne seraient pas purement fortuites. Lorsqu’il sort de la projection du premier volet de Star Wars, Jean Claude Mézières prend conscience de franches similitudes avec son Valérian. Han Solo plongé dans la carbonate ? Une scène déjà vu dans L’empire des milles planètes. Le bikini métallique de la princesse Leia déjà porté par Laureline dix ans plus tôt dans Le pays sans étoile. Des personnages secondaires ressemblent de façon troublante aux Shingouz. Un vaisseau qui ressemble à s’y méprendre au Faucon Millenium au tout début des années 70. En somme, beaucoup d’éléments.

Mézières écrira deux fois à George Lucas, sans réponse. Vexé donc, il réglera ses comptes dans les colonnes du magazine Pilote en publiant cette planche où Valérian, Laureline, Luke et Leia se rencontrent dans le bar intergalactique La Cantina.

De préférence en Librairie ISBN #978-2017076667 ou sur Amazon :
Le manuel du Jedi de Daniel Wallace

1. Valérian et Laureline – Le chef d’oeuvre de Jean Claude Mézières.

28ème siècle – l’humanité a découvert le voyage spatio-temporel. La capitale, Galaxity, est le centre d’un vaste empire galactique. La Terre est devenue une utopie virtuelle où la population se complet dans une vie de rêve. Valérian et Laureline sont deux agents spatio-temporels gérant les paradoxes causés par les voyages dans le temps.

Valérian est né à Galaxity et a rejoint le service en 2713, il a été entrainé pour être un soldat de Galaxity, même quand les ordres émanant de celle ci vont à l’encontre de sa morale. En somme, un homme d’action – Les premières histoires présentent Valérian comme le héros typique.

Laureline est une paysanne française du 11ème siècle. Au début de l’aventure, elle sauve Valérian de la forêt enchantée d’Arelaune. Quand elle découvre accidentellement que celui ci voyage dans le temps, elle veut être de l’aventure et va s’entrainer à son tour comme agent spatio-temporel. Ils deviendront évidemment partenaires.

Je vous laisse évidemment découvrir la suite de cette saga au fil des volumes et des rencontres de ce couple.

De préférence en Librairie ISBN #978-2205076035 ou sur Amazon :
Valérian – L’intégrale – Volume 1

Pour conclure, quand je pense aux meilleurs créateurs de science fiction, les noms de Syd Mead et de Doug Chiang me viennent immédiatement. Entre Blade Runner, Tron, Terminator et la saga Star Wars, ces artistes ont fait leurs preuves. Pour les fans du genre, il y aura toujours un autre nom dans l’industrie du design sf : Jean Claude Mezières. Ces visuels sont venus établir le succès de la science fiction dans la BD française (par exemple : Metal Hurlant ? Phillipe Druillet ? Eddy Paape ?) Nous avons bien sûr montré les similitudes avec Star Wars, nous aurions pu développer l’inspiration au travers de films comme Conan le Barbare, Independance Day… Tellement d’influence… J’ai voulu laisser passer la vague d’hommage « de circonstance » suite au décès de cet immense artiste. En outre, J’ai voulu relire quelques volumes pour apprécier l’élégance de Mézières. Merci encore pour la ballade…

All images © Jean Claude Mézières and any other copyright holders.

Peioa

Un commentaire sur “Le futur dans le présent – Jean Claude Mézières en 10 Planches

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :