24 septembre 2021

Imprévisible et inimitable – Steve Ditko en 10 planches

A l’époque où Marvel cultivait une marque basée sur l’explosivité du dessin de Jack Kirby, Steve Ditko (1927-2018) imposa son propre style, dépouillé et urbain. Dans une version extrême de la méthode Marvel, Steve Ditko préfère raconter son histoire. Avec son crayon, sans scénario et en créant soi-même les vilains et le paysage, Il laisse à Stan Lee inscrire ses dialogues. Quand la communication avec Lee devient compliquer, Ditko démissionne sans explication. Il y reviendra, non sans être passé par DC Comics et en gardant une étroite collaboration avec Charlton Comics. Puis enfin il finira sa carrière sur des magazines indépendants. Sa méthode de communication passait par son travail, donc peu de photos et pas d’interview… Sans plus attendre, voici Steve Ditko en 10 Planches.

10. Speedball the Masked Marvel.

Avec Roger Stern, Tom DeFalco et Jo Duffy, Steve Ditko illustra les aventures de Speedball (Robbie Baldwin), un lycéen doté de supers pouvoirs. Ce personnage fera sa première apparition dans The Amazing Spider-Man Annual #22 en Janvier 1988. Marvel Comics va publier 10 épisodes mensuels de 1988 à 1989 avant d’annuler la série. La création de Speedball célèbre le retour de Ditko chez Marvel, à une époque où Stan Lee n’a plus l’emprise sur l’activité quotidienne.

Evidemment on peut immédiatement constater les similitudes entre Baldwin et Peter Parker.Les deux personnages sont des ados introvertis qui vont obtenir leur pouvoirs à travers un accident de laboratoire. Ils deviennent, tous deux, reconnaissables grâce à leur costume et leur mouvement exceptionnel. Speedball ne se balade pas sur un fil mais rebondit tel une boule d’élastiques (remarquez les sphères multicolores illustrant ces sauts). Malgré une courte vie sous Ditko, le personnage deviendra membre des New Warriors dans les années 90 et appartient toujours à l’univers Marvel à ce jour.

De préférence en Librairie ISBN # 978-1302918767 ou sur Amazon :
Speedball : The Masked Marvel

9. Shade the Changing Man.

Shade the Changing Man (Rac Shade) fut créé par Ditko en 1977 pour DC Comics et représente un personnage trop peu exploité, victime de l’implosion de DC. C’est aussi le retour de Ditko au « mainstream comics », l’histoire d’un héros accusé de crimes qu’il n’a pas commis, ce qui laissait place à un scénario à angles multiples. La trame était simple et efficace : comment Shade pouvait il laver son honneur, étape par étape. Ditko a même réussi à vous injecter de l’alien et de l’UFO.

Shade fut l’un des premiers héros à être revampé à la sauce Vertigo (par Peter Milligan et Chris Bachalo). Ils reprendront les codes du personnage original de Ditko puis très vite Shade évoluera grâce à sa veste Miraco pour devenir un personnage populaire de l’univers DC, notamment avec des aventures comme Flashpoint ou Justice League Dark. Puis, dans l’univers des Young Animals, on lui donnera une descendance avec Shade the Changing Girl.

De préférence en Librairie ISBN # 978-1401231118 ou sur Amazon :
The Steve Ditko Omnibus Vol 1

8. Hawk & Dove.

Hawk and Dove ont été créés par Steve Ditko et Steve Skeates dans Showcase #75 en Juin 1968, enchainant très vite sur une série dédiée à ces personnages.

Une mystérieuse voix donne des super pouvoirs quand le mal se présente aux deux frères Hank et Don Hall qui deviendront respectivement Hawk et Dove. Ce qui rend cette série intéressante est la dualité qui organise la collaboration de la fratrie. Hawk veut se battre pour ces convictions et se présente comme étant impulsif. A l’inverse, son frère, Dove, est un pacifiste qui préfère réfléchir avant d’agir au point d’être dans l’indécision (Très intéressant si vous replacez ce scénario dans son contexte historique).

La création des personnages par Ditko est très fluide et se complémente dans les contrastes. Les costumes de l’auteur ont traversé les âges et nous retrouvons Hawk & Dove dans la série Titants de l’univers DC. Il est dommage que le concept n’ait pas été repris par un grand nom du comics car l’idée est absolument géniael et laisse énormément de potentiel non exploité.

De préférence en Librairie ISBN #978-1684051786 ou sur Amazon :
The Unknown Anti-War Comics !

7. The Creeper.

Le personnage de the Creeper (Jack Ryder) fit sa première apparition dans Showcase #73 en Mars 1968. Très vite, on lui donna sa propre série, Beware the Creeper qui aura une courte vie (6 épisodes).

The Creeper a une origine assez générique, un serum va lui donner ces super pouvoirs : sa force, ses reflexes, son agilité et aussi la capacité de soigner. Néanmoins, ce qui rend the Creeper si particulier, c’est son look ! Un visage jaune… Des cheveux verts… Une cape à fourrure rouge… Et un rire glacial… Voilà tous les ingrédients pour qu’à la première lecture, vous n’oubliez jamais ce personnage ! A la différence des autres superhéros de son temps, son attitude fait de lui un homme recherché à la fois par ces ennemis et par la police.

The Creeper est tellement original que DC Comics continuera à lui donner de la visibilité dans des séries comme les aventures de Batman et la ligue des Justiciers. C’est évidemment la personnalité du SuperSlip créée par Ditko qui donne à ce personnage cette aura rarement égalée pour l’époque.

Je n’ai trouvé aucun référence spécifique sur ce personnage – Si vous en connaissez :
Laissez un commentaire en bas de la page

6. The Question.

Ditko va créer the Question (Vic Sage) pour la série Blue Beetle, ce personnage apparaitra d’ailleurs dans le Blue Beetle #1 en Juin 1967. Sombre et plus violent avec les criminels comparé à n’importe quel personnage de comics de l’époque, the Question s’habille d’un masque sans forme qu’il lui donne l’apparence d’un homme sans visage. Un gaz special permet au masque d’adhérer à sa peau, et change la couleur de ses cheveux ainsi que de ces vêtements (humble costume, chapeau, cravate).

The Question n’a pas de super-pouvoir, cependant c’est un excellent détective et il sait se battre ! Propriété de DC Comics à partir de 1983 (avec les autres personnages de Charlton), the Question reste l’une des figures les plus iconiques de l’ère Charlton (Création Ditko) en partie parce qu’il est la version de Mr A. pouvant répondre au Code des Comics américains. Le fait que ce personnage ait pris une telle envergue en si peu de temps (Il n’aura fait que très peu d’apparition sous l’ère Ditko pour revenir sous le label DC) montre le talent créatif originel de l’illustrateur.

De préférence en Librairie ISBN # 978-1726811705 ou sur Amazon :
The Complete Question : The Steve Ditko 1960s Mysterious Character

5. Blue Beetle.

Théodore Stephen Kord est le second Blue Beetle, un SuperHéros publié d’abord chez Charlton Comics puis chez DC Comics. Cette version du personnage fut créé par Steeve Ditko et apparut pour la première fois dans l’ombre de Captain Atom #85 en Novembre 1966 (scénario co-écrit avec Gary Friedrich).

Ted Kord n’a aucun super pouvoir; il possède cependant un QI de 192. Il est expert en chimie, physique, aéronautique, et énergie solaire avec une certaine connaissance de la tech alien. Certains diront même que Blue Beetle était plus intelligent que Batman (Justice League – Guy Gardner). Kord est un gymnaste de niveau olympique ainsi qu’un combattant hors pair, disciple du Karaté et de l’Aikido.

Malgré l’existence d’une première version à la naissance de Superman et Batman, Blue Beetle n’est pas considéré comme un pionnier. En réalité, peu se souviennent des aventures de Dan (1er Blue Beetle) et si DC n’avait pas incorporé Ted dans le très populaire Justice League, ce personnage serait probablement tombé aux oubliettes.

De préférence en Librairie ISBN # 978-1096570585 ou sur Amazon :
Steve Ditko’s Charlton Heroes

4. Captain Atom.

Captain Atom (Allen Adam) est un personnage créé par le scénariste Joe Gill et l’illustrateur co-scénariste Steve Ditko avec une première parution dans Spaces Adventures #33 en Mars 1960 par Charlton Comics. Ce personnage aura plusieurs vies, faisant même une apparition dans la Justice League. Premier SuperHéros de Steve Ditko, SuperSlip à la puissance nucléaire, il n’aura pas une popularité immédiate, sera même abandonné pour être repris de 1965 à 1967. Il connaitra une transformation complète dans les années 80.

Le personnage de Captain Atom sera probablement reconnu par les fans de Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons. En effet, on pourra observer de grandes similitudes avec Dr Manhattan. Watchmen devait initialement reprendre les SuperSlips de la maison Charlton comme Captain Atom, mais aussi Blue Beetle, the Question et d’autres. Le nouveau propriétaire de ces personnages, DC Comics, a finalement refusé de donner les droits, obligeant Alan Moore a créé de nouveaux personnages pour Watchmen. Cependant certaines caractéristiques des SuperSlips de Charlton peuvent toujours être identifiées dans le chef d’oeuvre de Moore.

De préférence en Librairie ISBN # 978-1722845018 ou sur Amazon :
Captain Atom : The Steve Ditko Stories

3. Mister A.

A l’inverse des autres oeuvres de Ditko, le personnage de Mister A (Rex Graine) appartient entièrement à l’auteur qui a écrit et illustré cette BD. La première apparition de Mister A. se trouve dans le magazine indépendant Witzend (Wally Wood) #3 de 1967. Selon Ditko, celui ci est la version non conventionnelle (ne remplissant pas les codes du comics) de The Question, une inspiration basée sur l’objectivisme (mouvement philosophique de Ayn Rand orienté sur l’absolutisme morale). Alan Moore se servira du personnage de Mister A pour créer le célèbre Rorschach de Watchmen (en beaucoup plus déjanté !).

« A is A. A thing is what it is. No man can have it both ways. Only through black and white principles can man distinguish between good and evil. The principles guide man’s basic choice of actions. Men can attempt to choose contradictions. Grey principles, like men can choose to be dishonest, corrupt, but that choice only leads to evil – to self-destruction! »

Le credo de Mister A. Un chef d’oeuvre pour certains, une erreur de parcours pour d’autres…

De préférence en Librairie ISBN # 978-1683961154 ou sur Amazon :
The Best of Witzend

2. Doctor Strange.

Voici Docteur Stephen Vincent Strange. Du corps médical à la maitrise des arts mystiques. D’un solitaire à l’équipe des Avengers. D’un obscure personnage de Marvel à l’affiche d’un film à son nom. Un long et étrange parcours pour étrange docteur.

Stan Lee et Steve Ditko vont créer le personnage de Dr Strange sur la base d’une idée de Ditko. il va débuter dans Strange Tales #110 (d’où le nom du personnage). Inspiré par un ancien programme Radio, Chandu le Magicien, Lee et Ditko place Dr Strange dans un décor mystique et surréaliste qui amplifie l’impact de l’art visuel de cette BD. La combinaison donnera une réputation d’emprise psychédélique à cette série. Emprise qui sera évidemment démentie. Néanmoins, les références au mysticisme oriental et au symbolisme déjà très populaires à l’époque feront de Dr Strange le personnage Marvel le plus complexe. Ditko fournit dans cette série un univers hallucinant. Les aventures de Dr Strange s’articulent dans des mondes ressemblant aux peintures de Salvador Dali. Le coup de crayon du maître sera libéré tant dans la recherche du détail que dans les scènes puissantes de reflexion.

De préférence en Librairie ISBN # 978-2809477078 ou sur Amazon :
Doctor Strange L’intégrale Tome 1 (1963-1966)

1. Spider-Man.

Les premiers 38 épisodes de « The Amazing Spider-Man » sont sans aucun doute le plus grand succès de Steve Ditko. Aujourd’hui encore, les films et les comics essaient de trouver cette combinaison magique créée par Ditko : l’insolence de la jeunesse et le ballet aérien de Peter Parker sautant de toile en toile, le point de vue subjectif d’une adolescence traversant les époques.

Quelles parties du personnage peuvent être attribuer à Ditko ou à Lee ? Ce débat a déjà fait couler tellement d’encre. Même Jack Kirby a revendiqué certains traits du personnage, ayant dessiné la première couverture (Voir mon billet sur Kirby).

Il n’y a cependant aucun doute sur le fait que Ditko a créé le look et l’atmosphère de la série. La méthode Marvel lui a donné toute cette liberté pour developper ses personnages et leurs univers. Ce qui rappellera cette fameuse phrase de Ditko à Stan Lee :

“Having an idea is nothing, because until it becomes a physical thing, it’s just an idea.’”

Steve Ditko dans Marvel Comics: The Untold Story – Sean Howe

De préférence en Librairie ISBN # 978-2809463194 ou sur Amazon :
Spider-man L’intégrale Tome 1 (1962-1963)

Conclusion

Steve Ditko fut l’un des auteurs les plus prolifiques de son époque, et c’est sans compter sa longévité dans le métier. A ces 10 planches, nous pourrions ajouter tellement de choses. L’uniforme d’Iron-Man pour lequel il a participé (les couleurs Or et Rouge). Le trait de caractère de Hulk est aussi une création Ditko(Dr Banner se transforme quand les émotions sont trop fortes). La collaboration Ditko/Snyder vers la fin de sa carrière fut des plus prolifiques et mériterait à elle seule un article… Et que dire de son travail d’illustration pour la science fiction, pour le comics d’horreur et de mystère… Tellement de choses… Je compte donc sur les puristes et les grands fans pour me rappeler tout ce que j’ai oublié.

N’hésitez pas à laisser un commentaire et à vous abonner !

Toutes les images sont évidemment sous Copyright Marvel et DC Comics

2 réflexions sur « Imprévisible et inimitable – Steve Ditko en 10 planches »

  1. Chouette article. Felicitations de redonner ses lettres de noblesse à Steve Ditko. Il est trop souvent oublié derrière les plus connus que sont lee et kirby.
    Il existe aussi 2 tomes d’histoires courtes sortis chez neofelis editions. Intéressant!
    https://www.neofelis-editions.com/

    Par contre, je ne comprends pas pourquoi il y a des liens amazon en dessous de chaque chapitre???

    1. Bonjour Sébastien et merci pour ton commentaire. Je ne connaissais pas les histoires courtes et suis agréablement surpris par l’info. Les liens Amazon sont là pour orienter le lecteur si il souhaite acquérir la BD sur Amazon (Je donne aussi l’ISBN afin que le lecteur puisse se diriger en librairie). Merci encore !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :