Le blasphème irlandais, Garth Ennis en 10 Planches

Un irlandais du Nord saupoudrant ces dialogues de jurons ! Encore un… Mais celui ci est particulier. On tombe rarement sur Garth Ennis par hasard. La série Amazon The Boys a donné un peu de lumière sur ce scénariste incontournable de la BD contemporaine. Néanmoins l’irlandais était déjà bien connu des adeptes de l’humour dessiné. Garth Ennis est une pendule, oscillant entre la provocation et le mauvais gout. Sa carrière professionnelle s’articule autour de la haine des superhéros et la deconstruction de notre société. Sans plus attendre, voici Garth Ennis en 10 planches.

10. Goddess – Garth Ennis & Phil Winslade
(1992-2002)

Un des premiers opus de Garth Ennis, probablement un des plus étranges (et dans le monde de Ennis, c’est peu dire !). Goddess nous raconte l’histoire d’une irlandaise, Rosie Noland, qui se découvre superculotte. Après avoir sauvé la vie de Jeff au zoo, Rosie revisite une bienveillance particulière pour les animaux. Ses pouvoirs se manifestent et intriguent toutes sortes d’agents gouvernementaux. Il nous faudra donc attendre la fin de l’histoire pour découvrir la raison de ces fameux pouvoirs.

L’humour de Ennis ne sera jamais aussi populaire qu’accompagné du dessin de Winslade ! Une bonne entrée en matière dans l’univers de l’irlandais : gore, insultant et injurieux juste ce qu’il faut.

De préférence en Librairie ISBN #978-1840233278 ou sur Amazon : 
Goddess chez Titan Books (En anglais)

9. The chronicles of Wormwood – Garth Ennis & Jacen Burrows / Oscar Jimenez
(2006-2011)

“My name is Danny Wormwood, and I’m the Antichrist. How I ended up with a rabbit is beyond me.”

Danny Wormwood

Les chroniques de Wormwood racontent l’histoire du premier fils de l’Antéchrist. Et parce que le scénario est écrit par Ennis, le fils du diable se devait d’être Anglais ! Accompagné d’un lapin causant et d’une réincarnation d’un Jesus idiotique, Danny Wormwood est le personnage qui nous prouve que, selon Garth Ennis, l’enfer est beaucoup plus intéressant que le paradis.

Un blasphème de plus au compte d’un scénariste qui ne fera pas de concession, surtout envers l’Angleterre.

De préférence en Librairie ISBN #978-2491374174 ou sur Amazon : 
Les chroniques de Wormwood chez Komics Initiative

8. Fury MAX – Garth Ennis & Goran Parlov
(2012-2013)

Un regard sur la vie du plus valeureux des soldats que la guerre nous ait donné. Certains hommes combattent pour vivre, d’autres vivent pour la guerre. Mais qui est donc ce Nick Fury ?

Quand Ennis nous expose sa definition de la guerre et de son armée de soldats, l’apocalypse est tout proche. La CIA, la politique et un certain ordre de priorités sont contés à travers un personnage emblématique dans le monde des comics. Le scénariste accentue surtout la vision d’adulte (Et adulte vous devait être pour lire cette histoire !). Il laisse Parlov séquençer une vie morcelée par les conflits, par les hommes et leurs commandements.

De préférence en Librairie ISBN #978-2809429886 ou sur Amazon : 
Fury Max Tome 1 : d’une guerre à l’autre chez Panini

7. Hitman – Garth Ennis & John McCrea
(1996-2001)

Ennis peut faire du Superhéros. Il ne les aime pas mais il peut en faire ! Voilà son essai et vous ne serez pas déçu. Hitman est l’histoire d’un assassin aux super pouvoirs et au doux nom de Tommy Monaghan, vivant dans le quartier irlandais de Gotham.  Il a quelques pouvoirs, qui d’ailleurs lui procurent des maux de tête. Il va donc reserver son sacerdoce pour tuer du supervilain avec l’aide de son pote Nat. 

Tommy est un personnage clef de l’univers de Ennis. Vous allez apprécier quelques situations cocasses comme la rencontre avec Batman ! Beaucoup de references et de séquences d’action à la John Woo. Du superbe Ennis qui bombarde dans tous les sens, et des rencontres avec le panthéon des superslips. A ne pas manquer !!!

De préférence en Librairie ISBN #978-1401299637 ou sur Amazon : 
Hitman’s Greatest Hits chez DC Comics (En Anglais)

6. Judge Dredd – Garth Ennis & Carlos Ezquerra / Steve Dillon
(1990-2003)

Pure, non coupé, Ennis dans la limite de la légalité. Cette version de Judge Dredd ne laisse aucune chance à la censure. C’est aussi un élément marquant : la première rencontre entre Ennis et Dillon. L’une des paires les plus prolifiques dans mon top 10 des meilleurs BD de tous les temps. Les histoires sont courtes (pas de longs discours de fin de soirée au pub du coin). Pour moi, cette BD nous révèle quand Garth devient Ennis.

Judge Dredd est né dans les comics British (Voir mon billet sur 2000AD). C’est donc Anglais, grotesque, morbide, splendide et Punk à la fois. La version Ennis a donné une autre vie au Juge. Bienvenue à Murphyville et sur l’ile Emeraude !

De préférence en Librairie ISBN #978-1786187789 ou sur Amazon : 
Essential Judge Dredd : Judgement Day chez 2000AD (En Anglais)

5. Crossed – Garth Ennis & Jacen Burrows
(2010-2011)

Je n’ai que peu de mots pour décrire cet opus. Je pense que tout fan de The Walking Dead se doit de feuilleter Crossed. La série est aussi brute que cette fameuse infection qui transforme les humains en immondes bêtes assoiffées de sang et de violence gratuite.

Là encore, une BD qui ne peut se retrouver dans toutes les mains. La violence y est décrite dans chacune des cases de cette BD au combien réservée aux adultes. Garth Ennis s’occupera du scénario des deux premiers tomes et laissera d’autres pointures reprendre le flambeau comme le non moins fameux Simon Spurrier.

De préférence en Librairie ISBN #978-2378871000 ou sur Amazon : 
Crossed : L’intégrale chez HiComics

4. Punisher MAX – Garth Ennis & Lewis Larosa
(2004-2008)

Du Punisher à la sauce Belfast, c’est tout ce que je demandais. Et pourtant les précédents runs étaient très bons. The Punisher a toujours été un personnage particulier dans la BD. Frank Castle a toujours été cet espèce d’anti héros inclassable à mi chemin entre le sauveur et le vilain. Mais dans les mains de Garth Ennis, il accède au panthéon.

Vétéran d’une obscure guerre, dommage collateral d’une violence des pousse-papiers, le Punisher reste inconfortable au chevet des superhéros. Mais celui ci souhaite chérir le camp de l’innocence. Et pour cette raison, tous les moyens sont bons même si il doit devenir un « serial killer ».

De préférence en Librairie ISBN #978-2809456516 ou sur Amazon : 
Punisher Tome 1 chez Panini

3. Hellblazer – Garth Ennis & Steve Dillon
(1992-1998)

Les héros britanniques ne sont pas tous des gentlemen. A la différence des superhéros américains bourrés d’idéalisme et de slogans, ceux venus d’Angleterre sont parfois des professionnels de la gueule de bois. Voici John Constantine, élevé au biberon par Alan Moore dans les pages de Swamp Thing. (Voir mon billet sur le personnage) et repris par Ennis et Dillon.

Pour moi, Ennis a fait avec Hellblazer ce qu’il avait fait précédemment avec The Punisher : prendre un excellent personnage et le rendre encore meilleur. Avec Ennis, aucun compromis, John Constantine sera au pub le Samedi soir. Plus vous allez le haïr et plus sa magie sera grande. Plus sa magie sera grande, et plus les pintes s’aligneront. Remerciez Garth Ennis pour ça !

De préférence en Librairie ISBN #978-2365776059 ou sur Amazon : 
Garth Ennis présente Hellblazer Tome 1 chez Urban Comics

2. The Boys – Garth Ennis & Darick Robertson
(2006-2012)

The Boys is The Boys, une équipe d’assassins de la CIA dans laquelle Hughie va et doit prendre sa place (avec plus ou moins de mal), bouleversant au passage sa vision bienveillante et tendre d’un monde paradisiaque. L’idée est simple, suivre le psychopathe Butcher et déglinguer tout ceux qui portent une cape. L’ambition et le scénario de cette série est incroyable. Prenez votre superhéros classique, mettez le sous stéroïde et il fera peut être une apparition dans the Boys.

Evidemment Ennis reste dans sa zone de confort. Mais le travail de Robertson est absolument incroyable ! Il faut avoir lu the Boys pour savoir se poser une question simple. Qu’arriverait il si Superman était juste un enfoiré ?

De préférence en Librairie ISBN #978-2809450415 ou sur Amazon : 
The Boys Tome 1 : Ca va faire mal ! chez Panini

1. Preacher – Garth Ennis & Steve Dillon
(1995-2000)

Preacher est à Ennis ce que Watchmen est à Moore (Voir mon billet sur Alan Moore): Si vous lisez cette liste, Vous avez déjà lu Preacher, ou alors vous êtes passé à coté. Est ce une histoire de Cowboy ? Une histoire de vampire ? Un road trip ? Une quête spirituelle ? Comme les Simpsons et Southpark, Preacher fut d’abord connu pour sa vulgarité. Puis, quand on analyse les personnages de Tulip, Jesse et Cassidy, on retrouve des références comme Pulp Fiction, Natural Born Killers et bien d’autres.

Serait ce la lettre d’amour de Ennis à l’Amérique ? Une vision d’horreur que le paradis peut procurer si on regarde le monde à travers les yeux d’un Irlandais ? C’est probablement tout ça et son opposé à la fois. Bienvenue au Texas.

De préférence en Librairie ISBN #978-2365775823 ou sur Amazon : 
Preacher Tome 1 chez Urban Comics

Je vous l’avais dit : on ne tombe pas sur Garth Ennis par hasard. Le lecteur y vient pour son humour noir, pour son absence de bon gout, son entrave à la décence et son dégout de la retenue. Le connaisseur y reste pour ses scénarios et ses personnages. Et à la fin, on se fait surprendre par son humanité. Parce que même chez Ennis, il y a un bout d’humanité… Ou pas !

All images © Garth Ennis and any other copyright holders.

Peioa

Laisser un commentaire